La chlorella pyrenoïdosa est une extraordinaire source naturelle de vitamines.

Vitamine A sous forme de (Bêta-carotène): 180mg 
Ce puissant agent antioxydant travaille notamment en synergie avec la vitamine E et C, également contenues dans la Chlorella. Des études épidémiologiques ont montré que ceux qui consomment beaucoup de bêta-carotène risquent moins de développer un cancer des poumons, de l’estomac ou de la prostate.

Vitamine B1 (thyamine) – B2 (riboflavine) – B3 (niacine) – B6 et Vitamine B12
Très recherchée par les végétariens, car elle fait souvent défaut dans leur alimentation, la vitamine B12 intervient directement pour l’énergie, l’appétit et la flore intestinale.

Vitamine C – Vitamine E – Vitamine H (biotine)
La biotine agit contre la rigidité des articulations

Vitamine M (acide folique)
La chlorella pyrenoïdosa en contient presque deux fois plus que le foie de boeuf généralement considéré comme la plus grande source. Cette vitamine est habituellement conseillée aux femmes enceintes.

La chlorella pyrenoïdosa contient de 60 à 65% de protéines végétales. Ce qui lui confère le statut de nutriment végétal le plus riche en protéines. Un véritable record parmi les plantes !
A titre de comparaison, les produits connus pour leur haute teneur en protéines, comme le soja ou le veau, n’arrivent qu’à 35 et 32% respectivement (13% pour les oeufs et 3% pour le lait).

Comme il s’agit d’un eucaryote, on observe aussi la présence d’acides nucléiques et des acides aminés. Dans cette composition, 3% sont de l’ARN (acide ribonucléique) végétal et 3% de l’ADN (acide désocyribonucléique) végétal.

De plus, le taux de biodisponibilité des protéines de la chlorella pyrenoïdosa est lui aussi très élevé, puisqu’elles sont absorbées à 80%, ce qui en fait l’aliment qui apporte le plus de protéines à l’homme. A titre de comparaison, la viande de boeuf et la volaille sont digérées à 65% seulement.

Enfin, la chlorella pyrenoïdosa contient tous les acides aminés dans une proportion équilibrée : 18 AA (acides aminés essentiels).

Le C.G.F. (ou facteur de croissance de la chlorella pyrenoïdosa) est un extrait de chlorella obtenu par ébouillantage de la plante.

Composé d’acides aminés, de peptides, de protéines, de vitamines, nucléotides, de sucres naturels et d’acides nucléiques, il représente environ 5% du contenu de l’algue.

Le C.G.F. a un effet favorable sur tout le corps: il agit directement sur les cellules tissulaires, car il accélère leur croissance et leur régénération en stimulant les fonctions d’ADN et d’ARN dans la production des protéines, des enzymes et de l’énergie.

Le C.G.F. stimule les cellules responsables de la réponse immunitaire, qui protègent l’organisme contre les infections et l’apparition des cellules cancéreuses

La Chlorella pyrenoïdosa contient près de 3% de chlorophylle, un record inégalé parmi les plantes.

Grâce à cette haute teneur en chlorophylle, la production d’oxygène et l’absorption de gaz carbonique, induites par la photosynthèse, sont dix fois plus élevées que chez d’autres plantes.

La chlorophylle joue un rôle primordial dans le bon fonctionnement de notre organisme. Les études scientifiques confirment que c’est l’agent nettoyant le plus puissant de la nature.

La chlorophylle agit préventivement. Son apport dans l’intestin produit un environnement défavorable à la croissance de bactéries indésirables ; elle ne les détruit pas mais les empêche de croître.

La chlorophylle atténue la mauvaise haleine. Ce qui explique qu’il existe beaucoup de bonbons et chewing-gums à la chlorophylle.

La chlorophylle contribue au contrôle du calcium dans le sang, facilite la digestion des protéines lourdes, accroît l’absorption du fer, nettoie et fabrique le sang, est efficace contre les maladies comme l’anémie, l’artériosclérose, l’hypertension et de très nombreuses autres affections.

La chlorophylle fournit un environnement favorable à la reconstruction tissulaire et est utilisée avec succès pour le traitement des saignements et des infections gingivales, des brûlures et des inflammations de la peau, notamment lors de traitements de certains cancers par radiation.

La chlorella pyrenoïdosa est la plante la plus riche en acides nucléiques capables d’être facilement décomposés et assimilés. Elle fournit à toutes les cellules du corps tous les acides aminés essentiels, permettant de reconstruire notre patrimoine génétique, de prolonger ainsi le bon fonctionnement de nos cellules, et donc celui de nos organes.

L’ARN et l’ADN de la chlorella pyrenoïdosa sont formés de chaînes d’acides aminés très courtes. Le corps a besoin de peu d’énergie pour les décomposer ; c’est un gain important et une des raisons qui favorisent le bien-être.

L’ARN est reconnu en tant qu’agent anti-vieillissement.

On trouve aussi dans la chorella pyrenoïdosa les minéraux et oligo-éléments suivants: calcium, potassium, phosphore, fer, zinc, manganèse, cuivre, chrome, sélénium, sodium (peu), etc.

Par contre, étant une algue d’eau douce, elle ne contient pas d’iode.

On trouve aussi dans la chorella pyrenoïdosa de la chlorelline, un antibiotique naturel.

Elle a pour cible toute bactérie néfaste à l’organisme ; elle favorise et protège la croissance des bonnes bactéries de la flore intestinale. Elle renforce le système immunitaire.

La sporopollénine protège la chlorella pyrenoïdosa du dessèchement.

Grâce aux polymères de sa membrane cellulaire, dont la sporopollénine, la chlorella pyrenoïdosa lie les substances néfastes de manière irréversible, leur permettant ainsi d’être évacuées par les selles. Cela concerne non seulement les métaux mais aussi les pesticides, insecticides et autres substances toxiques.